AREVPAM

Olbia la cité grecque et romaine

En 350 ans avant J-C, les Grecs de Marseille s'implantent et fondent la colonie d'Olbia. C'est une forteresse carrée ceinte d'un large rempart; le passage dans la ville se faisait par la porte Marine, porte charretière en chicane se trouvant à l'est de la ville. Doté d'un port naturel qui arrivait au pied de ses remparts, le site pouvait abriter les bateaux dans la lagune se trouvant entre les deux tombolos. Olbia est alors une ville divisée en quartiers par deux grands axes, un est-ouest et un second nord-sud. Un puits se trouve en plein coeur de la ville pour l'usage des habitants. Les colons possèdent des maisons regroupées par trois dans des îlots. Leurs tailles sont identiques, ce qui montre l'égalité à leur arrivée. Les Olbiens vivent notamment de la mer: le poisson est une des bases de leur alimentation. D'ailleurs la vaisselle grecque  et marseillaise retrouvée sur les îles montre que les Grecs s'installaient, au moins ponctuellement, sur celles-ci, et pour des activités liées à la pêche. C'est le cas dans l'anse du Liserot au Levant, près du village actuel de Port-Cros et à la pointe de Pin à Porquerolles.

En 125 av. JC, c'est la conquête de la Provence par Rome, Marseille possède Olbia et les îles. Mais en 49 av. J-C, Pompée est battu par César. Marseille, qui avait choisi le camp de Pompée, perd son hégémonie sur Olbia, mais garde les îles Stoecchades.
Durant toute cette période, l'agencement d'Olbia se modifie pour laisser place à une ville essentiellement commerciale, tandis que des Romains s'installent sur différents sites dans les alentours : sur les îles et sur Giens (sanctuaire d'Aristée, villa maritime de la Tour Fondue).
Les boutiques à Olbia se multiplient le long de la rue principale; l'une d'elles vendait du vin marseillais, comme l'attestent les amphores découvertes en place lors des fouilles de cette boutique qui a brûlé en 50 ap. JC. Les navigateurs étrangers apportent des produits venus d'ailleurs, notamment du vin. Une épave,  datant de cette période a coulé au large de l'Almanarre, chargée d'amphores de type Dressel 1.
Afin d'augmenter les rendements et l'usage du port, les Romains ont effectué des travaux portuaires avec, notamment, la création de la jetée. La base de cette digue est toujours présente,  submergée sous quelques mètres d'eau et en partie éboulée.

Au XIIIème siècle, Olbia se voit dotée d'une abbaye : Saint-Pierre de l'Almanarre, mais à la fin du XIVème siècle, le site fut abandonnée par les religieux au profit de la ville d'Hyères.


Pour en savoir plus sur les hommes qui ont fait Olbia
http://www.ville-hyeres.fr/hyeres_patrimoine_XI.pdf

Olbia

fouille archeologique de la cite grecqueLa Cité connaît une occupation continue : grecque puis romaine, chaque communauté aménagea et réaménagea  l'intérieur de la cité. Les rues, maisons, thermes, temples se modifièrent.
archeologie olbia

Olbia (DR)

archeologie olbia

Olbia (DR)

Olbia


Agrandir le plan
prospection archeologique découverte la jetee

La jetée

blocs de la jetée

Les blocs composant la jetée, des encoches ont été réalisées pour joindre les blocs entre eux



   


                                      
Copyright © 2010. Tous droits réservés.
Webmestre : nicolas.ponzone@gmail.com
Contactez l'association à arevpam@gmail.com
Création du site : le 26 août 2009
Dernière mise à jour : le dimanche 20 novembre 2016



Haut de Page
Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS