AREVPAM

Porquerolles

Porquerolles possède un riche patrimoine historique et archéologique.

Les îles d'Hyères étaient nommées les Stoechades par les auteurs anciens.
En -67, Marcus Pomponius chasse les pirates de la mer.
Valens, en 69, s'était réfugié dans les îles mais des galères vinrent l'y arrêter.
Les pirates infestent à nouveau la zone au V° siècle.
Du VIIIè au Xè siècle, la mer est considérée comme une "mer arabe" : les habitants se sont éloignés des côtes et la mer est occupée essentiellement par des populations musulmanes.


Les ruines de l'usine de soude et de potasse

  • Batterie basse des Mèdes
  • Batterie haute des Mèdes
  • Le Grand Langoustier
  • Le fort du Petit Langoustier
  • Le sémaphore de Porquerolles
  • Batterie du Lion
  • Télégraphe sans fil (DR)
  • Les ruines de l'usine de soude et de potasse

    Porquerolles connut l'industrialisation au XIXème par la création d'une usine de potasse destinée aux savonneries de Marseille et Toulon. L'usine a été en exploitation de 1827 à 1876, soit près de cinquante années de production. Cette fabrication ne fut pas sans impact sur l'environnement, la potasse et la soude ont vraisemblablement contaminé une partie du sol. La fabrication de ces solutions basiques rentrant dans la composition du savon ont entraîné le déboisement pour la chauffe des cuves. L'usine employait alors entre 100 et 150 employés et s'étendait sur plusieurs hectares. L'un des matériaux de fabrication de base étant sur place : l'eau de mer.
    Aujourd'hui, le Mas du Langoustier, Hôtel 4 étoiles, occupe les ruines.

    Batterie basse des Mèdes


    Situé à la pointe orientale, sur une arête rocheuse, la batterie fut crée en 1794, sa fonction consistait à la couverture de plage de notre dame ouest. En 1813, la batterie fut réaménagée en vue de battre la grande passe. En 1840, elle fut dote d'un casernement pour ses servants.

    A travers les époques le calibre des armes et la configuration du lieu évoluèrent suivant les besoins et les progrès, il n'est donc pas surprenant de constater dans le temps des changements au sein de ces places fortes.

    Batterie haute des Mèdes


    Ouvrage militaire construit dans le but de la réorganisation des côtes en 1918 a été achevé en 1932. Sa mission était la défense du secteur de Toulon, pour cela son armement était doté de 4 cuves de 164 mm. La batterie par sa conception était un précurseur pour son époque; notamment en terme de camouflage.

    Le Grand Langoustier

    La batterie croise ses feux avec ceux des batteries : du "petit" Langoustier,  de Ribaud, de Bon Renaud, du Lion, de Lequin, des Mèdes, du Pradeau et de l'Estérel.
    Son armement en 1880 comprenait de canons rayés de calibre 30, approvisionnés chacun de 156 coups dont 6 à mitraille et 2 canons de 4 rayés de campagne pour le tir du côté de la terre. 14  hommes servaient cette place forte.

    Le fort du Petit Langoustier

    La batterie croise ses feux avec ceux des batteries : du "Grand" Langoustier,  de Ribaud, de Bon Renaud, du Lion, de Lequin, des Mèdes, du Pradeau et de l'Estérel.
    Son armement au XVIIIème siècle comprenait 4 canons  de calibre 36, approvisionnés chacun de 156 coups dont 6 à mitraille et 2 canons de 18 sur affût. 18  hommes servaient cette place forte.

    Le sémaphore de Porquerolles

    Du haut de ses 145 mètres d'altitude le sémaphore domine sur 360° . 

    Batterie du Lion

        
    La batterie du Lion est située à proximité du village. Elle croise son feu avec plusieurs batteries, tout en protégeant la passe et le port de Porquerolles.
    • 1 canon de calibre 16
    • 2 canons rayés de 30
    • un mortier de 32 à plaque
    29 hommes servaient cette batterie en 1880.
    Aujourd'hui la batterie accueille l'IGESA (Institution de GEstion Sociale des Armées)

    Télégraphe sans fil  (DR)

    antenne telegraphe porquerolles
    Le télégraphe sans fil se trouvait au Sud de l'île. Il était composé de plusieurs antennes et de bâtiments. 


       


                                          
    Copyright © 2010. Tous droits réservés.
    Webmestre : nicolas.ponzone@gmail.com
    Contactez l'association à arevpam@gmail.com
    Création du site : le 26 août 2009
    Dernière mise à jour : le samedi 25 juin 2016



    Haut de Page
    Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS